Le tram des avis qui changent

Dès que j'ai entendu, il y a plus ou moins une année, que Strasbourg possède un réseau de tram, j'ai dit - oh, c'est bon, ça. J'aime le transport publique.

Dès que j'ai regardé sur YouTube, quelques semaines après, un vidéo d'un tram strasbourgeois, j'ai dit - oh que c'est mignon... mais il va plus lentement que j'avais anticipé !

Des mois sont passés et je n'ai pas pensé du tram. En fait, j'avais presque oublié son existence jusqu'à mon arrivée à Strasbourg.

Pendant mes premiers jours, j'ai ignoré le tram. C'était charmant de le voir pour la première fois, mais immédiatement il est devenu banal. Pour moi, ce qui était vraiment chouette était de marcher partout : l'expérience réele d'une nouvelle ville - le trottoir et la rue sous les pieds avec chaque pas. En résultat, j'ai vraiment marché partout, des kilomètres et kilomètres chaque jour, (voir cet article), presque jusqu'au point d'exhaustion, et en réalité jusqu'au point où je suis tombé malade (pour des autres raisons) et étais au lit pour deux jours.

Après cet expérience, j'ai réalisé profondément que le tram était ce dont les pieds, le cerveau, le montre et moi avions beaucoup de besoin. Nous étions tous pressés pour l'énergie, la direction, du temps et de facilité. Il a pris quelques jours, mais finalement j'ai acheté mon abonnement mensuel pour le tram, et il marche pour le bus aussi, que je vais utiliser bientôt. Pour les derniers jours, mes premiers jours de classe, j'ai pris le tram chaque matin - et tout au long de journée - sans aucun, aucun regret. J'aime beaucoup les trams de Strasbourg, et maintenant mon avis ne changera plus.

(Ce titre fait référence au slogan de la banque BNP Paribas, « La banque d'un monde qui change. » Dis que je suis fou, mais je pense que le slogan et son sonorité sont vraiment drôle.)

========================================================

The Tram of a Mind That Changes

As soon as I heard, more or less a year ago, that Strasbourg had a tram network, I said, "Oh, that's good. I love public transportation."

As soon as I watched on YouTube, some weeks later, a video of a Strasbourg tram, I said, "Oh, that's cute... but it goes more slowly than I had expected!"

Months passed and I didn't think about the tram. In fact, I had almost forgotten its existence up until my arrival in Strasbourg.

During my first days, I ignored the tram. It was charming to see it for the first time, but immediately it became banal. For me, what was truly cool was to walk everywhere : the real experience of a new city - the sidewalk and the road under your feet with every step. As a result, I really did walk everywhere, kilometers and kilometers each day, (see this article), almost to the point of exhaustion, and in reality up to the point when I fell ill (for other reasons) and was in bed for two days.

After this experience, I realized profoundly that the tram was what my feet, head, watch and me really needed. We were pressed for energy, direction, time and simplicity. It took a few days, but finally I bought my monthly pass for the tram, and it works for the bus too, which I'm going to use soon. For these last days, my first days of class, I've taken the tram each morning - and all throughout the day - without any, any regret. I love Strasbourg's trams a lot, and now my mind won't ever change again.

(This title references the slogan of the bank BNP Paribas, "The bank of a world that changes." Tell me I'm crazy, but I think the slogan and its sound are pretty funny.)

Comments