Marcher à la Forêt de Haguenau

Le vendredi, je suis allé à Haguenau, renommé pour sa forêt, la plus grande d'Alsace et la plus grande forêt indivisée de la France. En plus de voir les musées et les endroits de la ville, j'ai voulu également voir la forêt, donc environ midi j'ai commencé de marcher loin de la ville, vers l'est.

J'ai su que la plupart de la forêt se trouvait au nord et à l'est de la ville. Pourtant, lorsque j'ai quitté les limites de la ville, suivant une autoroute, je me suis inquiété que j'ai pris une route plutôt vers le sud-est, qui ne m'amènera en forêt. En fait, j'étais un peu perdu, car je n'avais jamais un bons sens de direction, malgré mon intérêt à la géographie et aux cartes. (Peut-être que je m'interesse à ces choses à cause de ma manque de direction.)
Après longtemps passé en marchant le long de l'autoroute, entouré par les champs des cereales et aussi des vaches et des chevaux, je suis arrivé à une signe qui a dit « Bischwiller 200m ». 200 metres ?! j'ai dit - mais j'ai pensé que Bischwiller était un autre village, loin de Haguenau ! Bientôt je suis arrivé à un rond-pont, et il n'y avait que deux bâtiments agricoles. Évidemment le village n'était pas là, et j'avais mal compris la signe. Pourtant, au rond-pont il y avait une petit rue menant au nord autour de beaucoup d'arbres. J'ai su que c'était ma chance pour aller en forêt.

Enfin j'étais près de la forêt, et j'ai vu des maisons cachés dans les arbres avec beaucoup de bois de chauffage. Mais bientôt, j'étais étonné de trouver une signe disant que je suis rentré en Haguenau ! J'avais trouvé un joli quartier et j'ai baladé un peu parmi les maisons avec leurs aspects uniques et intéressants. Finalement, une petite voie se révélait parmi des arbres et j'ai sauté pour s'échapper du quartier et trouver la vraie forêt. Lorsque la voie a fini, je me trouvait sur une autoroute pas seulement quittant la ville vers le nord, mais directement au travers le bois ! [Regardez la carte dans la partie anglaise de mon voyage sinueux à la forêt.]

Après avoir vu une petite usine pour le coupage de bois, j'ai quitté la route pour entrer dans la forêt - mais pas trop loin, bien sûr. (Souvenez de ma tendance de me perdre.) Évidemment, ce que j'ai trouvé n'était pas la forêt humide de l'Alaska du Sud-Est, mais tout même, c'était une forêt des merveilles.

D'abord, j'aimait les arbres, encore verts mais avec des feuilles changeantes. Il y avait quelques uns avec une hauteur très impressionante. Même sans la mousse qui est omniprésente dans la forêt tempérée humide, remplacée par les feuilles mortes, le sol était mouillé (un remède pour la mal du pays !) et bien comfortable pour marcher sur. Ce fait étant donné, j'ai cherché une souche d'arbre pour s'asseoir, mais je n'ai trouvé que des champignons. Bientôt, j'ai trouvé des plusieurs types de champignon, au moins trois sur la même souche ! C'était tout trop intéressant. Je me suis assis pour un peu, et j'ai écouté des bruits des oiseaux. Parmi les chants, il y avait quelque chose qui a sonné comme des frappes sur un arbre, donc je dirais peut-être que j'ai entendu un pic ! (Et voilà, dès que je le recherche, je trouve qu'il y a au moins trois types de pic dans la forêt de Haguenau.)

Quoi dire pour conclusion ? Tout le monde a nécessité de la forêt, même si l'on ne le sent pas ce besoin essentiel. Pour moi particulièrement, la forêt constitue une domicile natale et spirituelle. J'en avais beaucoup de besoin d'aller à la forêt, et pour moi, ça faisait de vraie magie.


Walking to the Haguenau Forest

On Friday I went to Haguenau, renowned for its forest, the largest of Alsace and the largest undivided forest of France. In addition to seeing the museums and sights of the town, I also wanted to see the forest, so around noon I began to walk away from the city, to the east.

I knew that the majority of the forest was north and east of the city. However, as soon as I left the city limits, following a highway, I worried that I'd taken a route more toward the southeast, which wouldn't bring me to the forest. In fact, I was a little lost, as I've never had a good sense of direction, despite my interest in geography and maps. (Maybe I'm interested in those things because of my lack of direction.)

After a long time spent walking along the highway, surrounded by fields of grain and also some cows and horses, I arrived at a sign that said "Bischwiller 200m." "200 meters?!" I said, "but I thought Bischwiller was another village, far from Haguenau!" Soon I arrived at a roundabout, and there were but two agricultural buildings. Obviously the village wasn't there, and I had misunderstood the sign. However, at the roundabout there was a little road leading north through lots of trees. I knew that it was my chance for going to the forest.

At last I was near the forest, and I saw houses hidden in the trees with lots of firewood. But soon, I was shocked to find a sign saying that I was reentering Haguenau! I had found a lovely neighborhood and I wandered a bit among the houses with their unique and interesting features. Finally, a little path revealed itself among some trees and I jumped to escape the neighborhood and find the real forest. As soon as the path ended, I found myself on a highway not only leaving the city to the north, but straight through the woods! (I've made a map just to demonstrate how convoluted my path around Haguenau was. Check it out!)


After seeing a small woodcutting plant, I left the road to enter the forest - but not too far, of course. (Remember my tendency to get lost.) Clearly, what I found wasn't the rainforest of Southeast Alaska, but all the same, it was a forest of marvels.

First off, I loved the trees, still green but with changing leaves. There were some of very impressive height. Even without the moss which is omnipresent in the temperate rainforest, replaced by dead leaves, the ground was wet (a cure for homesickness!) and quite comfortable for walking on. Given this, I looked for a stump to sit on, but I only found mushrooms. Soon, I found several types of mushroom, at least three on the same stump! It was all too interesting. I sat down a little, and I heard the noises of birds. Among the calls, there was something that sounded like hits on a tree, so I might say I heard a woodpecker! (And there you have it, as soon as I research it, I find there are at least three types of woodpecker in the Haguenau Forest.)

What to say for a conclusion? The forest is a necessity for everyone, even if they don't feel that essential need. For me in particular, the forest is a spiritual home. I had a lot of need to go to the forest, and for me, it was really magic.


Comments

  1. Very insightful, my love! Glad you didn't eat any mushrooms! (Though tthat too would have proved interresting, I'm sure...)

    ReplyDelete
  2. Salut, Pierre. J'aimais bien cet article. Mais J'ai cru que tu marchais sur l'autoroute (freeway) et je n'ai pas pu comprendre comment ça s'était fait. Quand j'ai vu le plan de ville j'ai remarqué que tu étais sur les routes départementales, donc les petits chemins. C'est mieux de dire "suivant une route secondaire" et laisse tomber l'auto.' Très bien fait. Mme Z.

    ReplyDelete

Post a Comment

Thank you for your comment!