Majorité/Minorité : La culture américaine à l'étranger

Nous avons tous confronté des situations où nous étions dans un majorité et des autres où nous étions un minorité. Souvent, ces situations passent sans considération, particulièrement si l'on est habitué aux mêmes endroits et aux mêmes activités dans sa vie quotidienne. C'est le même cas pour moi aussi, bien sûr, sauf pour le fait que je pense de temps en temps de ces choses pendant que je suis à Georgetown - et maintenant pendant que je suis à Strasbourg.

De quoi est-ce que je parles ? À l'étranger, il n'y a pas beaucoup des Américains ; c'est évident. Même si j'entends parfois de l'anglais en tram ou dans la rue, parlé par les touristes ou les expatriés, je suis évidemment entouré par les gens français ou des autres personnes du monde pendant 99% du temps. Cependant, il y a presque partout une présence étrange que je peux voir - la présence de la culture américaine.

C'est peut-être difficile au début d'apercevoir cette présence, cette influence partout. En fait, si les Américains restent pour la plupart chez eux et ne font pour la plupart que les voyages touristiques à l'étranger - ce qui est vrai - ce n'est pas une surprise qu'ils ne comprendront pas la fortitude de la culture américaine/anglophone (anglophone car, bien sûr, la langue anglaise ne se tient pas juste aux États-Unis). Je dirais tout simplement que la phénomène d'acculturation américaine/anglophone se manifeste à chaque niveau de la société française - des choses et objets les plus simples de base aux discussions et pensées les plus importantes.

Des exemples : Pour le petit déjeuner ? « les Kelloggs ». Pour dîner ? Pizza Hut. (En fait, ma sœur d'accueil n'avait pas su même que Pizza Hut était américain.) Un regarde sur les noms des magasins et sur les publicités - l'anglais est partout. Ce n'est pas juste les produits et le commerce, pourtant, mais aussi les choses voire plus influentes - la télévision (les émissions américaines sont bien connues) et, peut-être surtout, l'Internet. Il y a aussi l'aspect académique : mes professeurs citent les sources en anglais, et les mots anglais apparaissent souvent dans leurs discours, même dans les discours sérieux du Monsieur Président de la République Nicholas Sarkozy. Enfin, c'est juste ce qu'il faut.

Ces faits posent des questions importantes sur la mondialisation, la culture, le développement des langues et beaucoup d'autres choses. Pourtant, ce n'est pas à moi de les répondre. Au lieu, je vais dire tout simplement que c'est un sentiment étrange d'être un étranger - un vrai minorité - entouré par les détails culturels qui me donnent l'impression que je fais parti d'un grand majorité.

Je veux vraiment que ce soit une discussion. N'importe qui visite ce billet, veuillez laisser une commentaire et on peut parler en plus.


Majority/Minority: American Culture Abroad

We've all confronted situations where we were in a majority and others where we were a minority. Often, these situations pass without a thought, particularly if you're accustomed to the same places and activities in your day-to-day life. It's the same for me too, of course, except for the fact that I think about these things from time to time while I'm at Georgetown - and now while I'm in Strasbourg.

What am I talking about? Abroad, there aren't many Americans; that's obvious. Even if I sometimes hear English in the tram or on the street, spoken by tourists or ex-patriates, I am obviously surrounded by French folks and other people of the world for 99% of the time. However, almost everywhere there is a strange presence I can see - the presence of American culture.

It may be difficult at first to perceive this presence, this influence everywhere. In fact, if Americans mostly stay at home and for the most part only take touristic trips abroad - which is true - it isn't a surprise that they wouldn't understand the strength of American/Anglophone culture (Anglophone because, of course, the English language doesn't just belong to the United States). I would simply say that the phenomenon of American/Anglophone acculturation occurs at every level of French society - from the most simple, basic objects and things to the most important discussions and thoughts.

Some examples: For breakfast? "les Kelloggs." For dinner? Pizza Hut. (In fact, my host sister didn't even know that Pizza Hut was American.) A look at advertisements and the names of stores - English everywhere. It's not just products and commerce, though, but also things even more influential - television (American shows are well known) and, perhaps above all, the Internet. There's also the academic aspect: my professors cite sources in English, and English words appear often in their lectures, even in the serious speeches of Mister President of the Republic Nicholas Sarkozy. In the end, it's just what's necessary.

These facts pose important questions about globalization, culture, the development of languages and many other things. However, it's not up to me to respond to them. Instead, I will say simply that it's a strange feeling to be a foreigner - a real minority - surrounded by cultural details that give me the impression that I'm part of a great majority.

I really want this to be a discussion. Whoever visits this post, please leave a comment and we can talk some more.

Comments

Post a Comment

Thank you for your comment!