Le rêve luxembourgeois

Il y a deux semaines, j'ai passé le jour à Luxembourg-ville, Luxembourg. Le Luxembourg était le quatorzième pays indépendant du monde auquel je suis allé. Tous les pays auxquels j'étais pendant ma vie sont, en ordre : les États-Unis, le Japon, Hong Kong et Macao (des territoires), la Chine, Singapour, la Malaisie, le Thaïlande, les Philippines, le Canada, le Royaume Uni, la France, Monaco, l'Allemagne, la Suisse et enfin le Luxembourg. C'était aussi le deuxième pays sans accès à la mer où je suis allé, après que j'étais à Bâle en Suisse quelques semaines avant.

Le Luxembourg est le pays le plus riche du monde selon des nombreux mesures de PIB par habitant et aussi le pays avec le plus grand consommation d'alcool par habitant selon certains, bien que les achats par les étrangers en jouent possiblement un rôle. Beaucoup plus qu'un statistique, pourtant, le Luxembourg est un endroit extrêmement intéressant - un pays unique, même un pays des exceptions, comme on a vu dans ce billet (même si partout on a des exceptions).

La plus grande surprise que j'ai trouvé à Luxembourg-ville était - incroyablement - la topographie. C'est une très très belle ville et ce qui m'a choqué, c'était que il y a quelques grandes vallées profondes qui encerclent le centre de la capitale. Drôlement, les rivières au fond ne sont guère plus que ruisseaux, mais les vallées elles-mêmes sont immenses et difficile de traverser, (avec un nombre limité des ponts), comme mon camarade de voyage et moi ont découvert. À la fin, nous avons marché autour de toute la ville, en inclus un cimetière et le quartier de Kirchberg, lieu des nombreuses institutions européennes, la plupart judiciaire.

On peut probablement faire beaucoup de comparaisons entre le Luxembourg et la Suisse - mes derniers deux nouveaux pays à visiter. Ils sont riches et petits, avec des langues multiples officielles. Toutefois, contrairement à la Suisse, le Luxembourg s'est montré comme un pays avec beaucoup de volonté pour la construction de l'Union européenne. (Une partie des racines pour ça est forcément comment le pays était fortement touché par la Seconde Guerre mondiale, comme est le cas pour les autres pays fondateurs de l'Union - la Belgique, l'Allemagne, la France, l'Italie et les Pays-Bas.)

En plus, le Luxembourg se distingue par avoir sa propre langue nationale - Lëtzebuergesch, ou le luxembourgeois. Comme l'alsacien, c'est une langue du haut allemand, mais à l'intérieur de cette étiquette c'est du moyen allemand et pas l'allemand supérieur. Les Luxembourgeois maintiennent une équilibre entre leurs trois langues trois langues officielles (les autres étant l'allemand et le français) avec la presse majoritairement allemande et les affaires et le gouvernement menés en français. C'est un environnement si parfait que j'ai l'impression que c'est presque impossible, si on grandit maintenant au Luxembourg, de ne pas être trilingue - au moins. En fait, une Luxembourgeoise est dans un de mes cours, et jusqu'au point que j'ai appris son origine, elle m'avait paru à la fois comme une étudiante locale et une étudiante allemande.

 Si on pose la question interesante de quoi serait le « rêve luxembourgeois » (en tradition du « rêve américain »), il y a un grand nombre des choses à considérer - comme les aspects de vie discuté en cette vidéo - dont honnêtement je ne connais rien. Néanmoins, après avoir passé un beau jour à ce pays - le quatorzième pays de ma vie - je dirais que le rêve luxembourgeois me semble rester sur deux points :

  1. De trouver le bonheur dans la vie - une quête facilement poursuite dans un pays si beau et si paisible.
  2. De faire une connexion avec le reste du monde - par les langues, les connaissances, les expériences.

Même si je me trompais en faisant cette conclusion, c'est un bon rêve tout même.


The Luxembourgish Dream

Two weeks ago, I passed the day in Luxembourg City, Luxembourg. Luxembourg was the fourteenth independent country in the world I've gone to. All of the countries I've been to in my life are, in order: the United States, Japan, Hong Kong and Macau (territories), China, Singapore, Malaysia, Thailand, the Philippines, Canada, the United Kingdom, France, Monaco, Germany, Switzerland and finally Luxembourg. It was also the second landlocked country I've gone to, after I was in Basel, Switzerland a few weeks before.

Luxembourg is the richest country in the world, according to many measures of GDP per capita, and also the country with the greatest per capita consumption of alcohol according to some, though purchases made by foreigners may possibly play a role in this. Much more than a statistic, however, Luxembourg is an extremely interesting place - a unique country, even a country of exceptions, like was seen in this post (even if there are exceptions everywhere).

The biggest surprise that I found in Luxembourg City was - incredibly - its topography. It's a very very beautiful city, and what shocked me was that there are several large and deep valleys that encircle the center of the capital. Funnily, the rivers at the bottom are hardly more than creeks, but the valleys themselves are immense and difficult to cross, (with a limited number of bridges), as my travel companion and I discovered. In the end we had walked around the whole city, including a cemetery and the Kirchberg district, seat of numerous European instituions, most of them judicial.


You can probably make lots of comparisons between Luxembourg and Switzerland - my last two new countries to visit. They're rich and small, with multiple official languages. However, unlike Switzerland, Luxembourg has shown itself as a country with a lot of will for the construction of the European Union. (Part of the roots for this must necessarily be how the country was heavily affected by the Second World War, as was the case for the other founding nations of the Union - Belgium, Germany, France, Italy and the Netherlands.)

In addition, Luxembourg is distinguished by having its own national language - Lëtzebuergesch, or Luxembourgish. Like Alsatian, it's a High German language, but within this label it's from Central German, not Upper German. Luxemburgers maintain a balance between their three official languages (the others being German and French) with the press mostly German and business and government conducted in French. It's an environment so perfect that I have the impression that it's almost impossible, if you grow up now in Luxembourg, to not be trilingual - at least. In fact, a Luxemburger is in one of my classes, and up to the point I learned of her origin, she seemed to me like a local and a German exchange student all at the same time.


If we pose the interesting question of what would be the "Luxembourgish dream" (in the tradition of the "American dream"), there are a large number of things to consider - like the aspects of life discussed in this video - about which I honestly know nothing. Nevertheless, after having spent a beautiful day in this country - the fourteenth country of my life - I would say that the Luxembourgish dream seems to me to rest on two points:

  1. To find happiness in life - a quest easily pursued in a country so beautiful and so peaceful.
  2. To make a connection with the rest of the world - through languages, through knowledge, through experiences.

Even if I'm wrong in making this conclusion, it's a good dream nonetheless.

Comments