L'Élection sénégalaise : Une victoire inspirante

Je me dis que, bien que je sois parti de la France il y a plus de quatre mois, il serait bon d'écrire plus en français sur ce blog. Mon dernier billet écrit en France était appelé Dernier billet bilingue, mais ce n'est pas necessaire ! En fait, il y a quelques semaines j'ai affiché Les Personnages et l'identité dans L'Aventure ambiguë - un devoir pour mon cours de la littérature francophone africaine qui continue de recevoir beaucoup de visites de l'Internet.

En tout cas, je veux dire tout simplement que je vais écrire plus en français. Cependant, je n'écrit pas sur la France maintenant, mais le Sénégal, un de mes pays favoris pour discuter et sur lequel d'apprendre des nouvelles choses. Il y a deux mois j'ai écrit ce billet en anglais sur les élections présidentielles approchantes. Bref, j'avais peur que le président corrompu Abdoulaye Wade gagnerait un troisième mandat car les élections avaient été manipulées dans le passé et car le conseil constitutionnel avait approuvé sa candidature pour un troisième mandat, bien que la constitution le vraiment interdit. Heureusement, tout mes peurs avaient tort.

Le 26 février, Wade n'a pas réussi de gagner dans le premier tour, comme il avait fait en 2007 en gagnant son deuxième mandat avec environ 55% de la vote. Cette fois il a réçu seulement 35% de la vote, et Macky Sall a pris deuxième place avec 27%. Il n'était que la deuxième fois dans l'histoire du Sénégal où il a fallu un deuxième tour pour la présidentielle. Cependant, il faut réaliser que Wade avait essayé avant de l'élection de changer les regles afin que s'il avait réçu plus de 25% de la vote, on n'aurait pas de deuxième tour. Seulement la résistance forte du publique sénégalais a arrêté cette tentation de manipuler la constitution (comme Wade a fait plusieurs fois avant) - et donc on préparait pour un deuxième tour, avec Macky Sall contre le Président Wade.

Entre les deux tours, chaque autre candidat de l'opposition qui avait perdu - et il y avait une douzaine - a donné son soutien à Macky Sall afin de terminer la présidence de Wade. On peux dire que ce niveau d'unité serait rare ou même impossible parmi les autres pays du monde, mais les Sénégalais ont réalisé que cette élection était un défi de la démocratie - le moment pour prouver le pouvoir du peuple. Oui, c'est vrai qu'un tiers des électeurs ont choisi Wade, mais plus important, viens le 25 mars et le deuxième tour, c'était ce même tiers qui a voté encore pour lui avec guère personne de plus. Macky Sall a gagné la présidentielle dans le deuxième tour avec 65% de la vote !

Alors, le Sénégal a gagné une vraie victoire en ayant des élections justes et libres et en ayant des électeurs qui sont venus aux urnes, choisissant un nouveau président et mettant l'ancien à la porte. Cependant, je crois qu'une leçon aussi importante est que les Sénégalais avaient dû manifester et montrer fortement leur volonté pour défaire les complots finaux de Wade. C'est vraiment une victoire inspirante qui doit être un exemple pour les gens dans chaque pays du monde.

Les partis politiques de Sall (APR) et de Wade (PDS)
The Senegalese Election: An Inspiring Victory

I think that even though I left France more than four months ago, it would be good to write more in French on this blog. My last post written in France was called Last Bilingual Post, but that isn't necessary! In fact, a few weeks ago I posted Les Personnages et l'identité dans L'Aventure ambiguë (Characters and Identity in The Ambiguous Adventure) - an assignment for my course on Francophone African literature that continues to receive lots of internet visits.

Anyway, I just want to say that I'm going to write more in French. However, I'm not writing about France now, but Senegal, one of my favorite countries to discuss and learn new things about. Two months ago I wrote this post in English on the approaching presidential elections. In a nutshell, I was afraid that the corrupt president Abdoulaye Wade would win a third term because elections had been manipulated in the past and because the constitutional court had approved his candidacy for a third term, even though the constitution really forbids it. Happily, all my fears were wrong.

February 26th, Wade didn't succeed in winning in the first round, as he had in 2007, winning his second term with around 55% of the vote. This time he received only 35% of the vote, and Macky Sall took second place with 27%. It was but the second time in Senegal's history where a second round was necessary for the presidential election. However, it's necessary to realize that Wade had tried before the election to change the rules so that if he had received more than 25% of the vote, there wouldn't be a second round. Only the strong resistance of the Senegalese public stopped this attempt to manipulate the constitution (like Wade had many times before) - and so they prepared for a second round, with Macky Sall against President Wade.

Between the two rounds, every other opposition candidate who had lost - and there were a dozen - gave his support to Macky Sall in order to end Wade's presidency. One might say that this level of unity would be rare or even impossible among the other countries of the world, but the Senegalese realized that this election was a challenge for democracy - the moment for proving the power of the people. Yes, it's true that a third of the voters chose Wade, but more importantly, when March 25 and the second round came, it was this same third that voted for him again with hardly anyone more. Macky Sall won the presidency in the second round with 65% of the vote!

So, Senegal won a great victory in having free and fair elections and in having voters who went to the polls, choosing a new president and putting the old one out the door. However, I believe a lesson just as important is that the Senegalese had to protest and forcefully show their will to defeat Wade's final schemings. It's truly an inspiring victory that should be an example for people in every country of the world.

Comments